Histoire


Les origines de la Fondation Drummond remontent à la fin du 19e siècle, à Sir George Alexander Drummond et à sa seconde épouse, Julia Parker Hamilton Drummond. Sir George et Lady Drummond étaient très actifs dans la société montréalaise de leur époque et partageaient un profond engagement envers le service communautaire et la philanthropie. Cet engagement a été repris par les générations suivantes de leur famille et se poursuit encore aujourd’hui, incarné par la Fondation Drummond.

Sir George Alexander Drummond

Sir George Alexander Drummond, KCMG CVO (1829 – 1910)

Premières années et vie personnelle
Fils d’un entrepreneur en bâtiment prospère d’Édimbourg, Drummond étudie la chimie à l’Université d’Édimbourg avant de s’installer à Montréal en 1854, à l’invitation de son beau-frère et associé de la famille John Redpath. Celui-ci engage Drummond pour gérer les aspects techniques de sa nouvelle raffinerie de sucre ─ plus tard connue sous le nom de Redpath Sugar ─ sur le canal de Lachine. En 1857, Drummond épouse Helen Elizabeth, la fille de John Redpath issue d’un mariage antérieur. Ensemble, ils ont eu sept enfants avant que Helen ne décède en 1883. En 1884, Drummond épouse Grace Julia Parker Hamilton, la jeune veuve du révérend George Hamilton. Ensemble, ils ont eu deux fils, Julian St. George et Guy Melfort.

Carrière professionnelle
Drummond a connu une longue et fructueuse carrière dans le monde des affaires, principalement dans le secteur du sucre, mais aussi dans certaines autres entreprises manufacturières et financières. L’entreprise Redpath Sugar a toujours été au cœur de sa vie professionnelle, et sa famille, sous la direction de son fils Huntly Redpath Drummond, est restée activement impliquée dans l’entreprise pendant 50 ans. Membre actif de la communauté des affaires de Montréal, M. Drummond est devenu membre de la Chambre de commerce de Montréal en 1864 et en a été le président de 1886 à 1888. Il a également siégé au conseil d’administration de plusieurs grandes sociétés, dont le Canadien Pacifique. De 1887 à 1896, il a été vice-président de la Banque de Montréal, dont il a été le président de facto à partir de 1897, puis le président officiel de 1905 à sa mort en 1910. M. Drummond était également actif dans de nombreuses organisations civiles et était membre fondateur d’un grand nombre d’institutions montréalaises, dont l’Institut Royal Edward (Hôpital thoracique de Montréal), le Mount Royal Club et l’Association royale de golf du Canada.

Politique
Drummond s’intéressait vivement à la politique et était très actif au sein du parti conservateur. En 1888, Sir John A. Macdonald nomma Drummond au Sénat du Canada, où ses opinions sur les questions commerciales, financières et fiscales étaient très estimées et où il fut président du Comité des banques et des finances qu’il dirigea jusqu’à sa mort en 1910.

Arts et culture
Drummond a toujours eu une passion pour la collection d’art, et son manoir de la rue Sherbrooke abritait une impressionnante collection de maîtres anciens et d’art européen du XIXe siècle. Il fut l’un des premiers membres du conseil d’administration de l’Art Association of Montreal, qui deviendra plus tard le Musée des beaux-arts de Montréal, et en fut le président de 1896 à 1899. Lui et sa famille ont fait don au Musée d’un certain nombre d’œuvres importantes de sa collection d’art.

Honneurs
Pour ses nombreuses années de services distingués au Canada et à l’Empire britannique, Drummond a été fait chevalier commandeur de Saint-Michel et Saint-Georges (KCMG) en 1904, par S.M. le roi Édouard VII, et a été fait commandeur de l’Ordre royal de Victoria (CVO) en 1905.

Julia Parker Hamilton Drummond

Julia Parker Hamilton Drummond (1860 – 1942)

Premières années et vie personnelle
Grace Julia Parker est née à Montréal de parents écossais. Elle se marie d’abord avec George Hamilton en 1879, un jeune prêtre anglican issu d’une famille québécoise établie. Malheureusement, le révérend Hamilton meurt un an plus tard. En 1884, elle épouse George Alexander Drummond, lui-même devenu veuf l’année précédente. Ensemble, ils ont deux fils : Julian St. George, qui est mort en bas âge, et Guy Melfort, qui a été tué au combat à Ypres en 1915, pendant la Grande Guerre.

Service communautaire
Lady Drummond, comme on l’appellera plus tard, était très respectée pour son action caritative pionnière et comme chef de file de l’engagement des femmes dans la vie publique. Elle a été la première présidente de la section montréalaise du Conseil national des femmes du Canada (1893 à 1899), a participé à la fondation de la section montréalaise des Infirmières de l’Ordre de Victoria (en 1899), a été la première présidente (et cofondatrice, avec Elsie Meighen Reford) du Women’s Canadian Club of Montreal (1907-1908) et a également été présidente du Ward of Mercy. En 1910, Sir George et Lady Drummond ont créé la Charity Organization of Montreal, dont Lady Drummond a été la présidente de 1911 à 1919.

La Croix-Rouge canadienne
Au début de la Grande Guerre en 1914, Lady Drummond se rendit à Londres pour travailler au siège de la Croix-Rouge canadienne, où elle dirigea le bureau d’information. Elle a financé personnellement la plupart des activités de son service, qui consistaient à donner des nouvelles aux familles des soldats disparus ou blessés, ainsi qu’à organiser le logement et d’autres formes de soutien pour les soldats canadiens hospitalisés ou en permission à Londres.

Honneurs
Pour les services exceptionnels qu’elle a rendus au Canada et à l’Empire britannique pendant la Grande Guerre, Lady Drummond a reçu le titre de Dame de grâce de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Elle a également reçu la médaille de reconnaissance française, la médaille de la Croix-Rouge serbe et la médaille de la Croix-Rouge britannique. Elle était largement considérée, comme le rapportaient les journaux de l’époque, comme l’une des « 12 plus grandes femmes canadiennes » pour son travail. En reconnaissance de son service communautaire et de son travail humanitaire, Lady Drummond a été la première femme à recevoir un doctorat honorifique (LL. D.) de l’Université McGill.



Entre 1893 et 1945, Sir George Drummond, son fils Huntly Redpath Drummond et sa nièce Agnes Drummond ont fait des dons de bienfaisance et créé des fiducies de bienfaisance – connues sous le nom de Drummond Trusts – pour soutenir diverses initiatives philanthropiques.

1933 : la passerelle et le jardin d’hiver de la maison Notman

Les fiducies Drummond ont d’abord soutenu le “St. Margaret’s Home for the Incurables”, une maison de soins pour les personnes âgées et malades, qui a été fondée en 1883 par deux religieuses anglicanes de la Sisterhood of the Society of Saint Margaret. En 1893, Sir George a acheté l’ancienne maison du célèbre photographe montréalais William Notman, au 51, rue Sherbrooke Ouest, au profit des religieuses, et en 1894, il a financé la construction d’une extension résidentielle qui leur a permis d’accueillir 50 résidents.

Cuisine de la maison Notman

Dans les années 1920, les résidents pris en charge par St. Margaret’s Home étaient exclusivement des femmes. Dans les années 1970, le foyer accueillait 60 résidents, sous la gestion continue des Sœurs de St. Margaret et avec le soutien financier de la famille Drummond. En 1975, après 92 ans, les Sœurs de St. Margaret se sont retirées de la gestion du foyer et St. Margaret a continué à fonctionner comme une institution privée à but non lucratif. À partir de 1982, à la suite de la nouvelle législation québécoise sur la santé et les services sociaux, le foyer a été progressivement intégré au système de santé public provincial et, en 1990, St. Margaret a déménagé dans ses locaux actuels, un nouvel établissement construit à cet effet sur l’avenue Hillside à Westmount, au Québec.

1893 Maison Notman : façade jardin avant la construction du Pavillon des résidentes

Pendant près d’un siècle, la famille Drummond, par l’intermédiaire de ses fiducies, avait été la principale source de financement de St. Margaret’s Home et, depuis plusieurs générations, des membres de la famille Drummond ont siégé activement à son conseil d’administration aux côtés d’autres membres bénévoles de la communauté montréalaise. St. Margaret étant assurée par les nouvelles dispositions de financement du gouvernement, la famille Drummond a envisagé d’autres objectifs caritatifs pour les fiducies Drummond.

1933 : dernier étage du Pavillon des résidentes

En 1988, la famille a regroupé les diverses fiducies Drummond sous la Fondation Drummond, afin de poursuivre l’œuvre de bienfaisance initiée par Sir George et Lady Drummond à la fin du 19e siècle. Les objectifs de la Fondation Drummond sont les mêmes que ceux qui avaient été fixés à l’origine pour les Drummond Trusts, à savoir « soulager la souffrance et la détresse, aider à la prévention des maladies mentales et physiques, aider les Incurables, les infirmes, les malades et les personnes âgées, et à d’autres fins similaires. »

Aidés par un groupe de bénévoles actifs de la communauté montréalaise, des descendants de la famille Drummond sont, jusqu’à ce jour, activement impliqués dans la Fondation Drummond, y compris les membres du conseil d’administration Alexander Drummond McNiven et Dre Helen Elizabeth Ross, ainsi que Bruce Drummond McNiven, qui en est le président.

Aujourd’hui, la Fondation Drummond accorde des subventions de recherche à ceux qui travaillent au Canada sur la recherche liée au vieillissement et sur l’amélioration de la qualité de vie des personnes âgées socialement, mentalement ou physiquement défavorisées, de leurs familles et de leurs soignants. Par le biais de subventions de bienfaisance, elle continue également à soutenir les organismes communautaires qui se consacrent à un éventail de services et d’initiatives visant à améliorer la qualité de vie de la population vieillissante du Canada.

Présidents du foyer St-Margaret

1894-1982

Sir George Alexander Drummond, KCMG, CVO 1894-
1910
1910-
1957
Huntly Redpath Drummond
Mary Dorothea Drummond Millar 1958-
1963
1963-
1973
Helen Elizabeth Drummond Henderson
Guy Melfort Drummond, QC 1973-
1982

Présidents de la Fondation Drummond

1982 - 2021

1988-
1999
Elaine Cahn
Bruce Drummond McNiven, CM 1999 au présent